Guadeloupe --> St.-Martin avant | après
retour page escales
156 miles (289 kilomètres) de la Guadeloupe à St.-Martin

Mars 2011

Quelques jours après le départ de nos mamans, nous quittons la marina de Pointe-à-Pitre et mouillons devant la rivière salée que nous comptons traverser du sud au nord au petit matin. Le premier pont (La Gabarre) s'ouvre à 4h30 du matin et le deuxième juste à coté de l'aéroport s'ouvre à 5h00. La rivière est assez bien balisée mais il y a tout de même un passage délicat à la sortie nord ou il faut négocier un virage serré pour éviter un haut fond. Le passage de la rivière évite de devoir contourner Basse Terre et fait économiser de nombreux miles pour se rendre à Antigua.

C'est par une splendide journée de navigation, mer belle presque sans vagues, vent de travers et ciel bleu totalement dégagé que nous atteignons English Harbor sur l'île d'Antigua.

English Harbour

Nelson's Dockyard

Sur Antigua aussi il n'y a : Pani Pwoblem

Une jolie promenade nous conduit du repère de l'Amiral Nelson à Falmouth Harbor. Nous avons déjà vu de nombreux et beaux bateaux mais ici, les méga-yacht surpassent tous ce que nous avons vu. Le plus grand et prestigieux voiler, le Maltese Falcon occupe un ponton à lui tout seul.

Les chromes sont polis, les ponts récurés et les boiseries vernies par les nombreux membres d'équipage. La plupart de ces méga-yacht sont loués. Un équipier nous raconte que le bateau à moteur d'environ 30 mètres sur lequel il travaille peut être loué pour US$ 120'000.- par semaine, nourriture et Diesel en plus (environ 20'000 litres/semaine).  

Sur un des pontons, un étai (câble retenant le mat sur l'avant) est déployé et une équipe y installe un enrouleur de génois. La dimension est impressionnante.

Un barbeque pas très concluant avec cendres tourbillonantes et tapis fondus. La viande par contre fut excellente.

Belle promenade le long de la côte - mais attention au épines qui traverse les tongs.

Le dimanche après-midi, passage obligé par le Shirley Heights, un promontoire dominant toute la baie mais aussi un nid à touristes. Heureusement le groupe de steel band nous offrira un spectacle grandiose.

Place de parking des paquebots de croisières à St. John, Antigua.

La côte ouest d'Antigua - les couleurs sont authentiques.

Quelle chance de pouvoir observer cette baleine juste à côté du voilier..

Le nouveau joujou de Monsieur Abramovich: "Eclipse" le plus grand bateaux à moteur privé d'une longueur de 165 m, 2 Hélicoptères peuvent s'y poser, 24 suites avec jacuzzi, piscine, Disco et 70 membres d'équipages à poste en permanence.

Le vent orienté très nord et la visite de Petra à St.-Martin nous empêcherons malheureusement de visiter l'île de Barbuda.

C'est de Deep Bay sur la cote ouest d'Antigua que nous quittons l'île vers 4 heures du matin pour St-Martin.  


Marina Port La Royale, St. Martin

Petra passera un peu plus de deux semaines à bord. Vous trouverez son récit traduit ci-dessous :

Ma première croisière à bord de Vanupieds avec Claudia + Thierry
18 mars – 03 avril 2011

C'est en fin d'après-midi du 18 mars 2011 et après un vol agréable avec KLM que j'atterris à l'aéroport Princess Juliana International à Saint Maarten. St. Martin est une île aux nombreuses collines d'origine volcanique. Les presque 92 km2 de l'île sont partagés géopolitiquement entre la France et la Hollande.
 
Après un accueil chaleureux de Claudia et Thierry, c'est en taxi que nous rejoignîmes la Marina de Port la Royale, ou Vanupieds nous attendait. Quelques instants plus tard, libéré de mes chaussures et chaussettes, je pus déjà apprécier l'agréable brise et le léger balancement du voilier.
C'est quelques instructions et un apéro de bienvenue plus tard que, fatiguée du voyage, je pris possession de ma "douce" cabine.

Le lendemain, après un copieux petit déjeuner, nous partîmes à la découverte de Port Louis et ! ses alentours. La balade nous conduisit jusqu'aux ruines du Fort (construite en 1789), d'où nous pûmes admirer une vue magnifique sur l'anse de Marigot et sur l'île voisine d'Anguilla.

Dimanche après-midi, un employé de l'aéroport m'apporta le sac manquant et nous pûmes quitter la Marina pour ancrer dans la lagune voisine et permettre mon acclimatation (et attendre une accalmie des conditions "note de Thierry").

Un jour,  une expédition en Dinghy hors de la lagune fut entreprise ! Afin de nous laver les cheveux (l'eau de la lagune n'étant pas d! es plus invitante pour la baignade "note de Thierry") L'expérience fut amusante car il fallut combiner avec les vagues et le courant. La première vraie baignade put être faite dans la baie de Simpson un autre jour.

Nous avons tous eux une grosse frayeur lorsque en revenant d'une balade, Vanupieds ne se trouvait plus au même endroit. L'ancre ayant dérapé sur presque 150 mètres. Fort heureusement aucun dégât ne fut à déplorer.

Vendredi, fut enfin le grand jour pour quitter la Lagune. A 8h15 précise le pont se leva et c'est accompagnés de quelques bateaux que nous pûmes sortir et naviguer en direction de Grand Case ou nous passâmes les 2 nuits suivantes au mouillage.

Le dimanche nous poursuivîmes notre route jusqu'à l'anse Marcel puis l'île Tintamarre et après une pose repas, chahuté par un petit clapot nous tentâmes notre chance derrière l'île Pinel. La aussi la houle rentrante ne permis pas d'y passer la nuit. Nous retrouvâmes donc le confort du mouillage de l'anse Marcel et appréciâmes un excellent repas au resto animé du coin.

Lundi, notre route nous conduisit à l'île fourchue. Pendant  le trajet mouvementé jusqu'à St. Barth, le St.Tropez des caraïbes (à un quinzaine de miles au sud-est de St.-Martin), nous aperçûmes un iguane, une tortue et des dauphins.

Ile Fourchue

Le lendemain, nous poursuivîmes jusqu'à Gustavia, la capitale de St. Barth. Après un petit aperçu de la ville et de ses ruelles, nous nous sommes offerts un bon repas dans un petit restaurant. Le café fut pris le long des quais à observer les vas et viens.

Malheureusement, les deux derniers mouillages furent soumis à une houle désagréable. Notre but étant de trouver une possibilité d'ancrer dans une baie bien protéger afin d'apprécier une nuit calme, nous décidâmes donc de repartir le lendemain pour l'anse voisine de Colombier.

Anse Colombier

Nous y passerons deux nuits reposantes et appréciâmes de se baigner dans une eau turquoise et de découvrir les environs avec palmes masque et tuba. Dans l'eau transparente, nous pûmes régulièrement observer deux tortues se nourrissant et qui semblait avoir élu domicile dans la baie.

La plage paradisiaque invitait à la promenade et grâce à sens aigu de l'observation de Claudia je pus voir pour la première fois un paille en queue.

paille-en-queue

Le deuxième jour, nous nous promenâmes le long d'un sentier rocailleux jusqu'au village voisin ou nous pûmes acheter du pain et autres denrées.

Une vieille tortue résidente de la baie.

Presque chaque jour, nous pûmes apprécier les cocktails de Thierry soit pendant un couché de soleil romantique soit lors d'une de nos nombreuses parties de cartes.


Vendredi, il était temps de retourner à l'Anse Marcel. Grace à l'œil attentif de Thierry nous pûmes voir lors de notre traversée, pendant un court instant, une baleine surgir des fonds, quel instant magique! Un jour plus tard, c'était déjà le moment d'attaquer ma dernière étape. La route retour jusqu'à la baie de Marigot.  Samedi nous fîmes une dernière excursion dans les marchés grouillants et colorés. Dimanche, il s'agissait déjà de se dire au revoir.

En je peux dire que je pus apprécier un voyage merveilleux, relaxant et sans stress. J'ai pus refaire le plein d'énergie et de force pour la vie de tous les jours et que jusqu'à présent, je conserve une certaine sérénité et tranquillité.

Encore une fois merci de tout cœur à Claudia et Thierry pour l'aimable hospitalité et le bon temps passés ensemble.

Il s'agissait de mes premières vacances-croisières mais certainement pas de mes dernières ;-)

 
la suite : St.-Martin --> Martinique via BVI's avant | après
retour page étapes